︎

La république des champs
solo show
Ecole d’art de Belfort, commissariat Le 19, CRAC (Montbéliard)



Jouant sur des ambivalences de formes concrètes et abstraites, documentaires et imaginaires, minimales et foisonnantes, le travail pictural de Nelly Monnier commence en voyage avant de se composer à l’atelier. Les échantillons qui lui servent à peindre sont extraits de l’ensemble des paysages visités. Décoratifs ou utilitaires, ayant une ambition artistique, rituelle ou signalétique, les objets et motifs de la collection photographique qu’elle mène depuis quelques années s’inscrivent dans une déclinaison populaire de l’idée du beau et de l’utile en manifestant, par la forme et la couleur, un désir de singularisation et d’embellissement. Pour autant, sa peinture ne cherche pasà reproduire le cadrage ou l’instantanéité de l’image photographique. Les ensembles de toiles qui en résultent immergent le visiteur dans un sentiment comme dans l’exposition Parpaing/Chagrin, dans une couleur ou un matériau, ou encore dans une saison comme dans la toute dernière série réalisée à partir du calendrier révolutionnaire, dont l’exposition dévoilera les premières toiles. La récente série Braconnage, montrée dans la première salle, emprunte à la rudesse des formes et des teintes des campagnes françaises. L’artiste se joue ici de deux traitements picturaux assez paradoxaux. Sur les plus grandes toiles, la végétation n’est pas dépeinte de façon naturaliste mais tend au contraire à l’abstraction par la simplification du dessin et d’un nuancier aux teintes opaques. À l’inverse, de plus petites toiles reproduisent de manière réaliste, illusionniste même, une signalétique industrielle reprenant le même nuancier de couleurs.



Alors que le paysage subit un travail d’interprétation (de dénaturation), la signalétique devient de par la précision de son traitement la reproduction figurative et réaliste d’une abstraction géométrique préexistante. Le réalisme se loge donc moins dans des motifs naturels devenus camouflage que dansla reproduction fidèle de ces enseignes utilitaires. Les diptyques de Braconnage font dialoguer tout en les inversant les relations entre formes naturelles et culturelles. Une même dialectique anime les relations entre les œuvres de la deuxième salle, consacrée au territoire exploré par Nelly Monnier dans le cadre de sa résidence et du projet de L’ Atlas des Régions Naturelles. Du Haut-Doubs à l’Alsace et au Sundgau, Nelly Monnier s’est imprégnée de toute une culture vernaculaire du bâti : les crépis colorés lui ont inspiré une série de tableaux abstraits et matiéristes qui viendra dialoguer avec des peintures murales à l’échelle un de constructions et d’objets tout à la fois utilitaires et décoratifs, prélevés dans les campagnes. 


Avec la participation d’Éric Tabuchi (ARN : Atlas des Régions Naturelles) et des élèves du lycée Georges-Cuvier de Montbéliard et du CFA de Valdoie.  


> dossier de presse


BRACONNAGE
 






BRACONNAGE




ATLAS DES REGIONS NATURELLES






ATLAS DES REGIONS NATURELLES







LA REPUBLIQUE DES CHAMPS





LA REPUBLIQUE DES CHAMPS









Voir le film La république des champs
réalisé avec les élèves du lycée Georges-Cuvier
de Montbéliard et du CFA de Valdoie.